vendredi 25 septembre 2009

T-Rès Trois-Rivières

Tout comme le slogan "I ♥ NY", Trois-Rivières, notre ville adoptive a developpé son propre slogan: T-Rès + un mot shock comme "cool", "chic", "wow". Je l'adore.
Ces derniers quatre mois, nous avons profité beaucoup grâce au mot magique "loisir". Je ne pense pas que ça existe en Colombie. Nous avons vu tant de concerts, théâtre, spéctacles de la rue, nous avons même mangé des tartes, hot dogs, blé d'inde.... Un tas d'activités gratuites. Pour le premier juillet (canada day) nous avons vu quinze minutes de ceci:






Mais le plus spectaculaire a été ceci, presenté par le grand prix de Trois-Rivières et le comité des 375 ans de la ville, une mélange de musique, narration et feux, pour nous donner trente minutes de voyage à travers l'histoire de la ville, c'était vraiment émouvant:







Pour cette année la ville est aussi la capitale culturelle du Canada, donc la quantité d'activités organisées par la ville est inimaginable, sans compter que nous habitons face à un parc.

Je suis en train de tomber amoureuse de la ville. Mais je fais de petits pas, je ne prends rien au sérieux avant d'avoir survécu à mon premier hiver ici. Pour l'instant j'essai d'avoir toujours mon appareil photo à la main pour réussir à trouver le trésor trifluvien. Ici quelques photos que j'ai pris pour le group flick r:

et bon, pour terminer, à venir plus de photos parce que ce dimanche le 27 septembre on va aller voir un spectacle (gratuit, bien sûr) du cirque du soleil.


Je suis vraiment T-Rès contente!

vendredi 15 mai 2009

L'arrivée premier partie: de Toronto à Quebec

Notre arrivée glorieuse au Canada... Ne pouvait pas se passer sans dire adieux avant. Et laiser nos mères à l’aeroport de Bucaramanga en pleurant a été la chose la plus dificil que j’ai fait dans ma vie.

Il est un coup dur encore aujourd’hui. Nous nous sommes préparés pour faire face à la méteo, à la langue, à se trouver un logement et un travail, mais on n’a pas réussi à s’imaginer qu’est-ce qu’on allait faire exactement ce jour-là. Toute la famille est allée à l’aeroport, on a presque perdu notre vol. Nous sommes toute une troupe!.
Bucaramanga, vue de l'aeroport "Palonegro"


Après l’inevitable séparation... nous sommes arrivés à l’aeroport “El Dorado” à Bogotá. On a du atteindre 5 heures pour prendre notre vol vers Toronto. Le voyage? Horrible!!! C’est imposible de dormir. Le service est très bon, la nouriture est nutritive, il y a des films, séries télé et musique pour faire votre torture dans les sieges quelque chose de plus humaine.

Aeroport "el Dorado", Bogotá

À Toronto... Tout était très facile. On avait un autre vol 2 heures après et on a réussi à faire tous nos démarches de douanes et d’activation de la résidence permanente en une heure environ. Je pense que parler anglais nous a beaucoup aidé: On nous a demandé peu de questions et tout était très clair et simple. Pour les amis qui voyagent par Air Canada, je vous conseille de voir ce vidéo. Vous aurez tout l’information dont vous aurez bésoin sur le terminal 1 de l’aeroport Pearson.

De Toronto à Québec toujours dans le terminal 1 on a pris un vol avec les avions Jazz. On a pu mieux voir le pays. Il était mercredi, le 29 avril et la nature tentait de revivre après l’hiver. Je veux dire que vu du ciel, tout était marron. Mes yeux, habitués au vert et aux montagnes se sont presque remplis de pluie. Mais ce n’est pas moche, non, il y a une quantité ridicule de lacs et de rivières que je n’avais jamais vu ensemble.

On a finalement arrivé à l’aeroport Jean-Lesage. Il est petit, bien organisé, les gens sont très gentils dans les deux aeroports les toilettes sont faciles à trouver, sont assez propres et gratuits. Je me demande pour quelle raison exactement dans mon beau pays la chose n’est pas pareil?

Nous sommes sortis de l’aeroport presque immediament. On a échangé quelques dollars américains pour dollars canadiens. Notre premier contact avec la nouvelle monaie, les billets sont très grands mais jolis. Les pièces sont à collectionner, surtout celles de 25 cents. Il y a plusieurs dessins: Vancouver 2010, l’appui aux victims du SIDA, les chasseurs, les ours, les canards... en fin. Sont les plus utilisés surtout pour faire nos nombreuses appels. On a téléphoné pour beaucoup de choses mais pas encore chez nous, j’éspère nos mères vont nous pardonner...

Aeroport Jean-Lesage

J’ai perdu le fil... ah oui, les dollars. Là on était prêts à prendre notre taxi pour se rendre chez la gare d’orléans express. Quelque chose de très pratique au Québec, c’est que les frais des taxis sont les mêmes pour toutes les villes, alors il est facile de calculer combien votre taxi va vous charger, vous n’avez qu’à rechercher le kilometrage chez google maps et voilà.


Notre premier chicane avec les portes dans ce pays... quand on marche les portes peuvent s’ouvrir automatiquement vers l’avant, parfois vers les côtés tout comme en Colombie. De façon manuelle il y a quelques unes à ouvrir, comme en Colombie en poussant la porte vers l'intérieur du bâtiment. Mais pour la plupart il faut tirer la porte comme celles de la gare. Nous sommes restés en attendant en face à la gare, avec nos équipages, l’ouverture des portes à 11 heures du matin! Mais en realité on avait échoué à ouvrir les portes... Mon Dieu! J’ai eu tort....

Une fois notre gros problème pour entrer a été reglé, on a acheté nos billets pour finalement arriver à Trois-Rivières. Il était 11 heures 30 minutes au Québec, 10 heures 30 minutes en Colombie, on devait atteindre l’autobus qui partirait à 14 heures, on était fatigués (presque crevés). On pensait toujours à nos mères, qui n’avaient pas de nouvelles de ses fils. Ses fils, les voyageurs, qui on été incapables de les appeler ce jour-là, non plus le lendemain... J’arrête ici avant que ma mère me donne une bonne punition.

Gare du palais, Orléans express

Bon, je vais continuer notre histoire à la prochain. Je ne veux pas vous fatiguer!

vendredi 1 mai 2009

770 jours, nous voilà.

Oui, c'est ça qui nous dit trackitt. Nous avons attendu 770 jours l'arrivée finale et glorieuse de nos visas. 770 jours de suspense, de drame, de rêver... c'était un vrai patê chinois de sentiments.




Et maintenant? Maintenant le voyage. On a voyagé le 28 avril et nous sommes arrivés le 29 avril à Québec. Et voici notre top 10 de choses qu'on a dû faire:




1. Emprunter de l'argent. Oui c'est terrifiant de commencer sa nouvelle vie avec dettes mais... qu'est-ce qu'on pouvait faire? Se décider et faire le saut!

2. Numériser les vielles photos de la grande-maman. Ah que de souvenirs!

3. Faire les démarches d’anulation des services de santé et de retrait colombiens.

4. Acheter le billet. En Colombie il y a une organisme appellé OIM qui vous subventionne la moitié de ces coûts, mais avec une reserve trarif PLEINE. Ça veut dire que les billets étaient environ à 800$ CAD dans une agence de voyages et la reserve OIM coûtait 1500$ CAD. On a choisi l’agence de voyage, en plus on a embarqué directement dès notre ville (Bucaramanga) pour arriver directement jusqu’à Québec.

5. Vendre nos affaires. En realité on voudrait amener tout son pays, mais on n’a le droit qu’à deux bagages par personne, ne excedent 23 kilos de poids chaqu’une. Tous nos perténences ont été vendus avant le jour prévu pour notre voyage (heureusement).

6. Achèter les bagages! J’avais presque oublié! D’abord nous y avons acheté deux, ensuite mon beau-père nous a donné une, et à Bogota (en milieu de l’aeroport) on a du chercher une sac-à-dos dans notre équipage pour re-distribuer le poids de nos bagages. Vraiment on avait l’air de fous!

7. Achèter vêtements selon le cas. C’est vrai qu’il y a plein de vêtements au Canada mais c’est bon marché de les acheter en pesos qu’en dollars.8.

8. Échanger les divises. On commence à payer diferents frais en dollars dans l’aeroport el dorado en Colombie alors c’est mieux d’être bien preparé!

9. Apporter les CDs de votre musique preférée. Pour moi, la musique c’est vraiment essentiel.

10. Dire adieux à votre famille et a vos amis. J’ai laissé ceci en dernier car j’aime pas du tout les séparations (oui c’est triste et en plus je me sens ridicule en train de pleurer comme un gros bébé). De tout façon tout le monde m’a vu pleurer ridiculement comme prévu à l’aéport à Bucaramanga. Ma belle et chère petite soeur m’a même pris une photo en train de pleurer!!! Lire belle et chère avec ironie...


Le vol est sorti à 23.40 h et on doit faire mille queues avant de s’embarquer dans l'avion. Dormir c’est impossible. Les chaises sont une torture. Le personnel à bord est tout canadien, une des hôtesses d’air était québecoise. Elle était très gentille et aimable mais on était pas capable de comprendre son anglais, non plus son espagnol. On a attendu paciement qu’elle parlait en français. (Ah.. comme c’est pratique d’étudier le français!)

Bon c’est tout pour aujourd’hui. Je promets je vais mettre à jour mon blog, je vais enfin lire tous mes courriels ainsi que les autres blogs... C’est promis.

Au Revoir!

mercredi 15 avril 2009

apprentisage du français avec les têtes à claques (et arrivée des visas!!)

Rien de nouveau à raconter. Juste que l'état d'avancement de notre demande à changé d"'en cours" à "decision prise" Je pense que ça veut dire que notre visa sera bientôt arrivé.

Donc nous sommes en train de souvenir notre apprentisage de la belle langue française, et quoi mieux que le faire avec l'aide des vidéos de youtube!

Les têtes à claques sont nos nouveaux héros. Nous sommes dévenus des vrais fans! Alors qu'on a décidé de vous raconter le processus de notre apprentisage de français avec eux!

Première étape: Dans nos premiers jours d'apprendre le français on se sentait on peu perdus. On était l'élève mal aimé, juste comme Bégin:





Deuxième étape: La première fois que j'entendu quelqu'un parler avec l'accent québecois, j'ai eu des envies de me cacher dans un coin et pleurer. Je ne comprennais rien! "Just" comme ça:



étape finale: Apprendre le francais, c'est aussi apprendre la culture de notre nouvel pays, et c'est comme ça qu'on a appris que "mon pays c'est l'hiver" et donc qu'il existent les "joies de l'hiver"



Voilà tout. Mais je vous invite à regarder les vidéos de la version anglaise et espagnole, évidement, ils sont differents. J'éspere on va continuer à rire ensemble!

Actualisation: Nous avons reçu l'appel de ma belle-mère... les visas sont finalement arrivés! Je me suis mise à sauter comme un kangaroo!!!

mercredi 1 avril 2009

Phrases que vous écouterez tandis l'arrivée du Visa

Je vous demande, vous vous croyez prêt à faire face aux conséquences d'obtenir le CSQ? Réellement? Dans notre cas, nous n'étions pas préparés. On a vécu une année et demie d'atente sans être advertis, sans rien nous imaginer...

Après l'obtention du CSQ vous racontez à vos amis, à votre famille, à vos collègues et voisins, même aux pitous et minous que votre visa et donc votre voyage est une réalité, mais qu'il faut attendre, dans le cas de la Colombie, de 3 mois à 16 ou parfois plus, l'arrivée du visa et vous croyez que cela est clair et bien expliqué mais, non.

Dans notre cas, la chance a dit: Attendre 16 mois ou plus.

Je vais vous detailler tout ce que vous allez vivre. Mais avant, il faut pratiquer le sourire convenient:


1. Serrez les dents.
2. Comencez à lever vos lèvres bien haut.
3. Pensez à choses de jolies, par exemple qu'un enclume va frapper votre interlocuteur tout comme dans les Looney Tunes.

Voilà c'est ça. Vous voyez? C'est facile et ça va vous sauver d'un grand nombre de périls sociaux. Je le jure! Si non vous paserez par un grand snob. Je vous dis en avance...

Les expériences à vivre:

0. Cette phrase-ci est marquée "0" parce qu'elle est hors-compétition. Même si vous voyagez ou pas, les personnes croient que Canada se trouve au pole nord. Par conséquent, vous allez vivre dans un igloo et vos voisins seront les pingoins et les ours polaires.

1. Vous allez perdre votre prénom. "Coralie", "Quentin", "Guy", "Violaine", "Tintin" c'est le passé. Vous allez répondre maintenant à l'appellation de "celui que s'en va". Et si c'est un de vos parents qui le dit probablement une larme va être là, au fil des yeux.

2. Vos parents seront maintenant l'objectif d'une masse de questions sur immigration. Comment a fait Gérard pour obtenir le visa? Il a fait recours à un avocat? Pouvez-vous m'écrire tout le processus afin de me débarraser de mon fils flou?

Ma belle-mère répond assez bien... mais ma mère! Oh là là, elle a raconté toutes sortes d'histoires: que j'ai une visa d'étudiante, que j'ai visa de travail, que je suis asylée... tout. Moins la verité évidemment, elle finit toujours par donner mon courriel afin que les gens me demandent directement. MAMAN JE T'ADORE NE TE FACHES CONTRE MOI STP! (je fais mon sourire adorable)

3. Tout de coup, les gens deviennent conseillers profesionnels d'immigration,
- Mais, non! C'est pas possible! Vous ne devriez pas attendre si longtemps! Pourquoi vous ne téléphonez pas tout suite à l'embassade pour vous informer mieux?
- La fille d'un ami de notre cousin Benoît, à reçu son visa après trois mois d'attente!
- Et si votre visa à éte refusé? Ne restez pas comme un petit niais! Faites quelque chose! (Si vous ne souriez ici, ça va être la III guerre mondial)

4. Vous vous demanderez si votre mère est en train d'écrire votre obituaire ou quoi. Quelque soit la célébration dont vous participez c'est votre "dernier"

- Le dernier Nöel!
- Le dernier anniversaire!

Comme s'ils avaient la certitude que vous allez mourir la date exacte de votre voyage, vous ne serez jamais retourné à passer un temps ensemble JAMAIS!

(Je dois ajouter que ce point-ci n'est pas du tout mauvais, comme c'est votre "dernier" anniversaire du grand-père, vous allez voir une grande amellioration de taille du gateau dans votre assiette et ça s'aplique à tous les célébrations dont vous êtes présent!)


5. Vous devenez le conard le plus grand au monde: Imaginez à Marguerite! Elle est folle! Elle étudie le français pourtant elle s'en va au Canada!


6. Jamais ne manque le grand conaisseur du monde (malgré que le 90% de ces individus ne conaissant que trois petites villages perdues de la Colombie) qui vous dit: Vous n'allez pas voyager enfin? Vous faites bien, La Colombie est la meilleure place pour y vivre! Dans les téléjournaux on voit toujours que là-bas les enfants tuent ses petits copins dans les garderies! Les Colombiens ne sont jamais apreciés et en plus il paraît qu'ils sont dans une crise économique!
Qu'est-ce qu'on va faire là-bas? (Mais c'est vrai que la Colombie pour nous est le pays le plus joli au monde et va toujours nous manquer, imposible à nier)


7. Celle-ci est le comble, et ça se passe depuis que vous passez les éxamens médicaux: Mon fils chéri! Vous partez? Je pensais que vous avais regretté! Pourquoi vous ne le réflechisez mieux?


8. Chaque fois que quelqu'un vous salue, ensuite et toujours, il va vous demander, Comment ça va l'affaire de Canada? À cette question je réponds toujours: ça va, ça va, pas de nouvelles encore.


Je vous recommend de toujours sourire et répondre de votre mieux, parce que une fois j'étais énervée et j'ai répondu à mon cousin: "Je suis fatiguée de répondre mille fois la même question, va lire mon blog, c'est pour ça que je l'ai créé!" Par résultat il était furieux contre moi! Maintenant nous sommes retournés à la normalité, à moins, ça semble -gulp-...


Maintenant, le grand final:


9. Votre présence physique dans ce pays n'existe plus et il y a deux modalités differents:


Premier cas: Si la personne est proche à vous vous entenderez:


"Mais comment! Vous n'êtes pas au Canada! Je pensais que vous étiez déjà là! -Vieillard idiot vous ne me voyez pas ici debout? - Vous répondez: mais non monsieur Roy, je voyagerais l'année prochaine! (Il est très important de sourire dès le moment que vous écoutez le cri "comment")


Deuxième cas: La personne est l'ami, d'un ami de votre belle-famille


-"Mais comment! Vous n'êtes pas en Espagne! Je pensais que vous étiez déjà là!
-"Mais comment! Vous n'êtes pas aux États-Unis! Je pensais que vous étiez déjà là!
-"Mais comment! Vous n'êtes pas en Australie! Je pensais que vous étiez déjà là!

C'est la même phrase que dans le premier cas mais cette personne n'arrive jamais à dire "au Canada". Essayez d'écrire les pays que vous écouterez le plus: nos trois gagnantes sont Espagne, États-Unis et Australie, dans cet ordre.

Parfois (juste parfois) je me sens ainsi:



Bon je dois l'avouer, mon mari m'a deconseillé fortement de publier ce post, hihihihi, mais je pense que tout le monde va comprendre que je l'ai fait avec de l'amour et de l'humeur! Sinon j'ai nombreux problèmes très serieux!

Si vous êtes dans la même situation que nous, vous êtes bienvenu à nous laisser les phrases que vous avez supporté dans les commentaires. Je suis sûre qu'il me manquent quelques unes.

dimanche 15 mars 2009

L'examens médicaux



Avant de la livraison du visa, tous les immigrants devront passer un éxamen médical, pour ceux qu'on déjà lu notre post "timing" ont peut-être noté que nous nous avons pratiqué les éxamens le dernier lundi 2 mars 2009.

Pour cette effet, nous avons pris un autobus la soirée du dimanche pour aller à Bogota, parce qu'en Bucaramanga il n'ya pas des médecins agrés pour pratiquer un tel éxamen. Nous sommes arrivés à 7 h. A 8 h nous étions chez le Dr. Vaillancourt. Nous l'avons choisi sans appeler les autres deux médecins. Nous avions appellé vendredi et là-bas nous ont donné le rendez-vous pour lundi. À cette heure (8 h) nous avons payé les frais, la sécrétaire nous a pris des photos (nous avions un look bizarre après 9 heures de voyage), et nous ont fait une prise de sang et une autre d'urine (finalment et glorieusement, parce que nous avions attendu nos envies jusqu'à ce moment pour faire pis).


Sans pas beaucoup de devoirs à faire, nous sommes allés à pied au radiologie. Nous avons parcouru juste 24 pâtés. Une fois là, nous étions appelés par nos noms, et nous avons passé à un petit habitation pour se déshabiller et ensuite porter une robe. Au moins cette éxamen était bien rapide parce que je me sentais encore nue dans la petite robe bleue.


Pour recevoir nos résultat on dévait attendre deux heures. On a profité alors pour nous procurer le dînner dans les proximités, et après juste attendre... nous sommes forts pour ça.


Une fois nous avons reçu les résultats, nous avons pris un taxi non seulement pour arriver à temps mais aussi pour ne pas avoir l'air fatigué. Nous avons arrivé une demie heure en avance, mais on n'a du pas attendre longtemps, nous sommes ensuite passés chez le médecin.


Encore une fois on nous a demandé de nous deshabiller pour se mettre dans une robe bleue. Je commence à avoir la pratique. Une fois dans le cabinet de consultation le médecin te demande quelques questions, te pressione l'éstomac, te mesure, prends tes poids, te palpe la gorge comme si tu cachais un trésor la-bàs... et c'est fini. "tout va bien, les résultats sont normales, demain on va tout envoyer via Fedex"


Ok. Quelle soulagement. Maintenant, marcher autres 20 pâtés, vers le nord, vers l'ambassade. Nous avons laissé nos passeports et les preuves de paiement d'une étude de sécurité. En fin prêts pour retourner à notre bien aimée ville! Mais c'était pas si facile... Nous sommes arrivés mardi à 5 h. On a dormi toute le matin. On a dînné et après on s'en va au travail, on retourne a notre routine.
Mardi matin nos résultats ont voyagé. Il sont arrivés à Puerto España, Trinidad y Tobago vendredi. Depuis ça, c'est le grand mystère, l'état d'avancement de la demande en ligne nous montre la même chose qui nos montrait UNE ANNÉE ET DEMI avant... Pas de surprises...
Mais ce qui nous importe maintenant est que personne ne peut nous nier que nous sommes sages comme une image!

dimanche 1 mars 2009

l'entrevue d'immigration







Il n'y a pas de blog d'immigration sans le clasique post de l'entrevue.



Veuillez savoir que vous n'avez bésoin de vous faire répresenter par des avocats ou des agences d'immigration, le processus est simple, vous pouvez bien le faire vous-même.



On a reçu la date de l'entrevue avec deux mois d'anticipation, alors on a bien profité ce temps pour nous préparer. Moi, étant l'aplicante principal, j'étais super-nerveuse. Et à cause de quoi? C'était à cause d'un tentative failli d'aller comme touriste en Espagne, pour visiter mon oncle le plus aimé au monde. Je me répetais: "Comment je vais obtenir la résidence permanente d'un pays que je ne connais pas, si on m'a nié le visa de tourisme en Espagne?"



C'est quand on a fait notre premier contact avec un québécois. Il nous a écrit quelques mots rassurants, surtout à propos du "fiasco español" il nous a rappellé que les politiques de portes ouvertes canadiens n'existe pas en Espagne (évidement mais on l'oublie)



Son aide la plus importante: il nous a donné un peu de son temps, juste pour parler. C''était la première fois qu'on avait parlé le francais québécois. La plupart des immigrants étudient le francais standard. Je lui remercie aujourd'hui encore (probablement toujours) parce que cet exercice m'a redonné la confiance, la foi et même le sommeil qui me manquait.



Le grand jour est arrivé et nous sommes partis à Bogotá. Nous avons voyagé en jour en avance pour bien nous reposer (le voyage est assez longue, 10 heures de route terrestre). Nous avons mille fois répondu les questions de notre entrevue "exemple"



Le rendez-vous était prévu à 14h. Nous sommes allés à 12h pour éviter les célebres embouteillages bogotains. Nous sommes arrivés 45 minutes plus tard avec l'idée de dîner et puis nous rendre à l'ambassade (quels naïfs!).... Juste après d'arriver nous sommes allés à l'ambassade qu'était fermé, bien sûr... Nous sommes allés au mall en face... nous n'avons pas pu dînner! Nous avions un paquet de nerfs incroyables! Alors on a decidé de nous promener et regarder les vitrines... pour se calmer un peu.



13h 45m: nous sommes retournés à l'ambassade. En reception nous avons attendu quelques minutes. Après notre "guide" est arrivé.



-"Je vais vous amener chez le conseiller" a-t-il dit "Il vous attend dans sa chambre d'hotel", "il n'a pas aimé le bureau de l'ambassade"



Quoi!!! -Je pensais- Il doit être une personne terrible!!!



On a suivi notre guide. Il nous a amèné au mall où nous avions passé une heure parcourant les vitrines. En fin on est arrivés au lobby. Les employés nos regardaient de près.



- Vous venez pour une entrevue d'immigration, n'est-ce pas?

- Oui, en effet (Quoi nous avait trahi?)

- On va vous annoncer.

- Merci.



Avant de passer à la chambre, les gardes nous ont réquisitionné mais seulement à nous, pour notre guide c'était inutile puisque il escorte des candidats toute la journée. Une femme m'a réquisitionné:



- Vous êtes nerveuse?

- Oui. Beaucoup.

- Tranquille, vous verrez tout va bien finir.

- Merci.



On a pris l'élevateur. Mon mari a pris ma main, il me assurait comme ça, en silence, avec ce lien indestructible... Des minutes éternes se sont passés pendant qu'on attendait que M. Terrible nous ouvrait la porte... En fin il nous a ouvert, le guide en tête:



-Buenas tardes doctor.

-Buenos dias - a répondu M. Terrible-

- Aqui están los candidatos, yo regreso a la embajada.

- Ok. Gracias



Quoi!!! il parle espagnol!!! Nous nos faisions des fausses éspoirs, "Buenos dias" était tout l'espagnol qu'on allait entendre pendant l'entrevue...



-Bonjour! -M. terrible s'adressait à nous-

-Bonjour monsieur. - on a répondu ensemble-



Après les presentations, et de s'assoir l'entrevue a commencé. Tout est allé diferenment à ce que nous avions toujours imaginé mais c'était une surprise agréable, j'avais déjà laissé de penser au conseiller comme M. Terrible, au contraire, le conseiller est la personne la plus gentil au monde, il se montrait compréhensive et et pacient. Il nous a parlé doucement, comme si nous étions enfants, mais une fois qu'il remarquait qu'on comprenait il a commencé à parler vite, très vite.



Ah nous les humains! On est extraordinaires! Après 40 minutes de conversation, nous étions tous les trois à l'aisse, comme si on se connaisait depuis longtemps. Je lui ai demandé:



- Qu'est-ce que vous dérange de l'Ambassade?

- Le bruit!!! Il y a des bâtiments en construction juste a côté... on peut rien entendre!!


bffff il avait raison. Nous n'avions pensé à ça. Toujours on pense le pire!



Plus ou moins comme ça a fini notre entrevue. Le conseiller nous a felicité, nous a dit qu'il ne nous oublirait jamais... et même nous a donné des câlins... On n'avait jamais imaginé que tout pourrait donner un résultat si magnifique!!!



Nous étions émous... au fil des larmes... Tous nos efforts, tous nos rêves se sont concretés... Une seule phrase le résumait:



"Vous avez très bien réussi, bravo! Soyez bienvenus à votre nouveau pays"



on est sortis avec l'impression de s'envoler... comme si nous avions des ailes... un nouveau chapitre de nos vies allait commencer ce 18 septembre 2007.



"On ne vous oublira jamais, nous non plus, M. Poisson"

vendredi 13 février 2009

Timing: A better sweet symphony

Ici la chronologie de notre processus d'immigration. Je voudrais que dans vos commentaires vous laisiez vos dates aussi, (si vous êtes en train d'immigrer) pour avoir une reference, je pense que c'est très util pour nous comme il sera util pour ceux qui viennent de commencer.

Envoi du premier dossier au Mexique: 7 Février 2007
Confirmation d'aperture: 13 mars 2007
Notification de l'entrevue: 26 julio 2007
Entrevue: 18 septiembre 2007
Envoi deuxième dossier à Bogotá: 12 octubre 2007
Confirmation d'aperture: 3 Diciembre 2007
Notification des examens medicaux: 25 fevrier 2009
Consulte médicale: 02 mars 2009
Envoi des passeports à l'embassade: 02 mars 2009
Envoi des resultats medicaux à Trinidad et Tobago: 03 mars 2009
Arrivée des visas: 15 avril 2009


Le délai de traitement de notre dossier a été de 16 mois à partir de la confirmation d'aperture du dossier.



Et pour finir: Bon Courage! (pour tous, vous et nous)


la photografie est de LEO REYNOLDS "SQUARED CIRCLES"

dimanche 1 février 2009

Vous parlez français?


L'apprentissage du français: la clé magique.



Vous devriez savoir que ce qu'est réelment intéressant pour le Quebec est que vous vous exprimez le jour de l'entrevue, peu importe où avez vous étudié, combien d'heures vous certifiez, la seule chose qu'importe sont vos capacités a comprendre et vous faire comprendre avec un conseiller d'immigration pendant une heure.


Novembre 2006: Nous n'avions aucune conaissance de la langue. La seule chose que nous savions: pour réussir nous devions étudier. Pas négociable. Les options:

- Un cours à l'alliance française, 16 niveux, chaque un pour environ 75$ dollars et en plus les cahiers, livres et grammatiques... Notre revenu mensuel était de 400$ dollars. Oui notre prémier réaction a été: Aïe!

Quoi faire?

1. Nous avons choisi le démandant principal ( moi :D ). C'était moi la personne choisi pour aller étuidier depuis le travail, et après, chez nous, lui apprendre toute la leçon du jour (ou de la nuit??).

OUI C'EST LA PURE VERITÉ! Juste moi, j'ai étudié et j'arrivais à jouer le role de la professeure... Nous finnissions fatigués, à minuit ou presque, comme Cendrillon!

Évidemment je recommend fortement faire le course de français langue seconde, est excellent et moi, j'aime étudier, aller en classe... mais, l'argent était insuffisante... alors on a pris le risque d'envoyer notre dossier au Mexique avec mon certificat d'études basique (j'ai juste étudié trois niveaux) et dans le cas de mon mari, sans aucune conaissance démontrable de la langue. Attention: Nous avons pris le risque parce que nous étions forts dans autres aspects. Heureusement nous avons très bien réussi!



2. En synthèse: Nous avons envoyé mon cértificat de trois niveaux à l'alliance française et lui, il a envoyé une lettre où il explicait qu'il ne pouvait pas étudier par un conflit d'horaire (c'était juste la moitié de la verité hahahaha)
3. Après ça... attendre! Nous avons attendu la date de l'entrevue. Pendant ce temps, nous avons continué à étudier, gratuitement, OUI gratis, en ligne: http://www.laits.utexas.edu/fi/ Est un cours en ligne de l'université du Texas, (une bénédiction du ciel) de niveau débutant à intermediaire et avec beaucoup de ressources téléchargeables.
4. Encore aujourd'hui, nous consacrons notre temps libre à voir la télévision française (TV5 Monde) et à écouter des stations de radio en français (mes collègues sont tannés d'entendre les présentateurs et la musique française TOOOUUUUTTTEEE la journée)
5. Il y a une grosse varieté de sites où vous pouvez étudier, vous exercer en français... donc:
Le site du gouvernement québecois qui agroupe exercices de divers sites adaptés a tous les niveaux d'apprentisage.


Plus d'exercices.


Le site de TV5 monde où vous trouverez beaucoup d'exercices très intéressantes.


Pour trouver les paroles des chansons qu'on aime.


Voilà une émission spéciale dediée à la immigration au Québec. (En français)


6. Après obtenir votre CSQ le gouvernement québecoise vous offre le course de francisation en ligne, je la trouve la meilleur idée au monde, parce que nous devons beaucoup attendre dans notre pays d'origine alors, c'est la meilleur façon de profiter ce temps. Dans ce cours nous apprenons la culture québecoise, et nous avons l'opportunité de nos rencontrer une fois par mois avec nos professeurs et des copains latinoaméricains que comme nous, attendent ses visas.

Et voilà tout! On espère que vous profiterez cette information et que vous sera très utile aussi!!!

LES PHOTOS SONT UNE RECHERCHE GOOGLE IMAGES : "PARLER FRANÇAIS"

mardi 13 janvier 2009

En attendant le visa de nos rêves.

Depuis l'obtention du Certificat de séléction du Québec, le temps qui prendre l'émission du visa est différent pour chaque pays.

Pour l'Amérique Latine les Brésiliens sont les grands gagnantes. Ils attend neuf mois ou moins. Dans notre cas (la Colombie) on doit attendre 16 mois. L'attente la plus longue est celle des Cubains (22 mois!!!)

Maintenant, la question qu'on se pose toujours: POURQUOI FAIRE CETTE ATTENTE SI LONGUE!!!

Je me suis mise à faire une petite recherche des raisons et j'en ai trouvé plusieurs. Dans le cas de la Colombie on y trouve:

1. Le niveau d'immigrants admis chaque année: Pour l'année 2009 le Canada accueillira entre 240 000 et 265 000 nouveaux résidents permanents. C'est bien évident que autour du monde il y a plus demandes d'immigration que places pour voyager, alors on doit faire "la queue" pour entrer au pays. Les demandes aprouvés les plus anciennes ont la priorité. Une fois on a rempli les places, on devra attendre l'année prochaine. Dirigez vos priers au Saint Job!
Avec une petite modification pour le 2009: Les personnes exerçant une profesion en demande vont "sauter la queue" Dès cette année ils ont une priorité majeur à l'ancienneté du dossier. Faites vos calculs!

2. Les faux réfugiés: La Colombie a un accord avec le Canada pour donner de la protection des réfugiés (oui un geste sublime des deux parties) mais il y a un petite détail qui choque: une grosse partie de ce type de demandes sont fausses, c'est à dire, cettes personnes ne craignent rien!!! Et bien sûr que cette type de demandes ont une haute priorité, ils deviennent autres personnes qui vont sauter la queue de nombre admisible d'immigrants par année. Le gouvernement canadien le sait, mais c'est difficil à controler lorsque c'est le gouvernement colombien qui certifie ce genre de situations. Si cette épisode continue à se repeter le gouvernement canadien va en avoir marre et pourrait mettre à fin l'accord et finalement, les grands perdants: Toutes les personnes qui sont en danger réel. C'est pas juste mais c'est comme ça.

3. Ah Colombie... tu es si grande! l'ambassade canadienne à Bogotá doit processer elle seul les demarches de tout le pays et en plus les demandes provenant de l'Équateur, c'est une vaste territoire pour un seul bureau.

Et alors pour les curieux que comme nous se demandent les raisons de l'attente; ici je mets à fin ma petite recherche de pourquoi nous sommes ici, et nos rêves sont là-bas.

Photo 1: O Canada de Guylane Photo 2: Oh Canada de Tom Podolec.

dimanche 4 janvier 2009

On commence!

Salut tout le monde!

Avec ce blog on espère aider ensemble avec d'autres blogs des immigrants d'origine latin aux personnes désirantes de savoir comment on vit le processus d'immigration.

Émigrer est une décision qu'on ne regrete pas, nous sommes au mileu du processus, on attend dans ce moment l'ordre du gouvernement canadien pour aller nous pratiquer des éxamens médicaux nécessaires pour la livraison de nos visas. Nous sommes une couple sans enfants (encore) alors c'était le temps idéal pour prendre telle décision.

Dès l'aperture de notre dossier à aujourd'hui nous avons attendu 13 mois l'ordre pour les examens. Ca c'est juste une petite partie de notre aventure. Nous sommes tranquils. On savait tout ça avant de décider émigrer.

Je vous invite à faire vos commentaires en toute liberté, à nous écrire, même à critiquer... constructivement bien sûr!

Avec un peu de chance ce blog sera la compilation de notre aventure, de comment on est arrivés sans beaucoup de bagages mais avec plein de rêves, comment nous nous serons integrés à la société québécoise et de notre transformation personnel.

Ambicieux? Peut-être. Je prefère l'appeller optimisme.

Merci à toutes et desolée pour les inmanquables fautes orthographiques, grammaticaux, etc, etc, etc...

Au plaisir de vous écrire!