dimanche 15 mars 2009

L'examens médicaux



Avant de la livraison du visa, tous les immigrants devront passer un éxamen médical, pour ceux qu'on déjà lu notre post "timing" ont peut-être noté que nous nous avons pratiqué les éxamens le dernier lundi 2 mars 2009.

Pour cette effet, nous avons pris un autobus la soirée du dimanche pour aller à Bogota, parce qu'en Bucaramanga il n'ya pas des médecins agrés pour pratiquer un tel éxamen. Nous sommes arrivés à 7 h. A 8 h nous étions chez le Dr. Vaillancourt. Nous l'avons choisi sans appeler les autres deux médecins. Nous avions appellé vendredi et là-bas nous ont donné le rendez-vous pour lundi. À cette heure (8 h) nous avons payé les frais, la sécrétaire nous a pris des photos (nous avions un look bizarre après 9 heures de voyage), et nous ont fait une prise de sang et une autre d'urine (finalment et glorieusement, parce que nous avions attendu nos envies jusqu'à ce moment pour faire pis).


Sans pas beaucoup de devoirs à faire, nous sommes allés à pied au radiologie. Nous avons parcouru juste 24 pâtés. Une fois là, nous étions appelés par nos noms, et nous avons passé à un petit habitation pour se déshabiller et ensuite porter une robe. Au moins cette éxamen était bien rapide parce que je me sentais encore nue dans la petite robe bleue.


Pour recevoir nos résultat on dévait attendre deux heures. On a profité alors pour nous procurer le dînner dans les proximités, et après juste attendre... nous sommes forts pour ça.


Une fois nous avons reçu les résultats, nous avons pris un taxi non seulement pour arriver à temps mais aussi pour ne pas avoir l'air fatigué. Nous avons arrivé une demie heure en avance, mais on n'a du pas attendre longtemps, nous sommes ensuite passés chez le médecin.


Encore une fois on nous a demandé de nous deshabiller pour se mettre dans une robe bleue. Je commence à avoir la pratique. Une fois dans le cabinet de consultation le médecin te demande quelques questions, te pressione l'éstomac, te mesure, prends tes poids, te palpe la gorge comme si tu cachais un trésor la-bàs... et c'est fini. "tout va bien, les résultats sont normales, demain on va tout envoyer via Fedex"


Ok. Quelle soulagement. Maintenant, marcher autres 20 pâtés, vers le nord, vers l'ambassade. Nous avons laissé nos passeports et les preuves de paiement d'une étude de sécurité. En fin prêts pour retourner à notre bien aimée ville! Mais c'était pas si facile... Nous sommes arrivés mardi à 5 h. On a dormi toute le matin. On a dînné et après on s'en va au travail, on retourne a notre routine.
Mardi matin nos résultats ont voyagé. Il sont arrivés à Puerto España, Trinidad y Tobago vendredi. Depuis ça, c'est le grand mystère, l'état d'avancement de la demande en ligne nous montre la même chose qui nos montrait UNE ANNÉE ET DEMI avant... Pas de surprises...
Mais ce qui nous importe maintenant est que personne ne peut nous nier que nous sommes sages comme une image!

dimanche 1 mars 2009

l'entrevue d'immigration







Il n'y a pas de blog d'immigration sans le clasique post de l'entrevue.



Veuillez savoir que vous n'avez bésoin de vous faire répresenter par des avocats ou des agences d'immigration, le processus est simple, vous pouvez bien le faire vous-même.



On a reçu la date de l'entrevue avec deux mois d'anticipation, alors on a bien profité ce temps pour nous préparer. Moi, étant l'aplicante principal, j'étais super-nerveuse. Et à cause de quoi? C'était à cause d'un tentative failli d'aller comme touriste en Espagne, pour visiter mon oncle le plus aimé au monde. Je me répetais: "Comment je vais obtenir la résidence permanente d'un pays que je ne connais pas, si on m'a nié le visa de tourisme en Espagne?"



C'est quand on a fait notre premier contact avec un québécois. Il nous a écrit quelques mots rassurants, surtout à propos du "fiasco español" il nous a rappellé que les politiques de portes ouvertes canadiens n'existe pas en Espagne (évidement mais on l'oublie)



Son aide la plus importante: il nous a donné un peu de son temps, juste pour parler. C''était la première fois qu'on avait parlé le francais québécois. La plupart des immigrants étudient le francais standard. Je lui remercie aujourd'hui encore (probablement toujours) parce que cet exercice m'a redonné la confiance, la foi et même le sommeil qui me manquait.



Le grand jour est arrivé et nous sommes partis à Bogotá. Nous avons voyagé en jour en avance pour bien nous reposer (le voyage est assez longue, 10 heures de route terrestre). Nous avons mille fois répondu les questions de notre entrevue "exemple"



Le rendez-vous était prévu à 14h. Nous sommes allés à 12h pour éviter les célebres embouteillages bogotains. Nous sommes arrivés 45 minutes plus tard avec l'idée de dîner et puis nous rendre à l'ambassade (quels naïfs!).... Juste après d'arriver nous sommes allés à l'ambassade qu'était fermé, bien sûr... Nous sommes allés au mall en face... nous n'avons pas pu dînner! Nous avions un paquet de nerfs incroyables! Alors on a decidé de nous promener et regarder les vitrines... pour se calmer un peu.



13h 45m: nous sommes retournés à l'ambassade. En reception nous avons attendu quelques minutes. Après notre "guide" est arrivé.



-"Je vais vous amener chez le conseiller" a-t-il dit "Il vous attend dans sa chambre d'hotel", "il n'a pas aimé le bureau de l'ambassade"



Quoi!!! -Je pensais- Il doit être une personne terrible!!!



On a suivi notre guide. Il nous a amèné au mall où nous avions passé une heure parcourant les vitrines. En fin on est arrivés au lobby. Les employés nos regardaient de près.



- Vous venez pour une entrevue d'immigration, n'est-ce pas?

- Oui, en effet (Quoi nous avait trahi?)

- On va vous annoncer.

- Merci.



Avant de passer à la chambre, les gardes nous ont réquisitionné mais seulement à nous, pour notre guide c'était inutile puisque il escorte des candidats toute la journée. Une femme m'a réquisitionné:



- Vous êtes nerveuse?

- Oui. Beaucoup.

- Tranquille, vous verrez tout va bien finir.

- Merci.



On a pris l'élevateur. Mon mari a pris ma main, il me assurait comme ça, en silence, avec ce lien indestructible... Des minutes éternes se sont passés pendant qu'on attendait que M. Terrible nous ouvrait la porte... En fin il nous a ouvert, le guide en tête:



-Buenas tardes doctor.

-Buenos dias - a répondu M. Terrible-

- Aqui están los candidatos, yo regreso a la embajada.

- Ok. Gracias



Quoi!!! il parle espagnol!!! Nous nos faisions des fausses éspoirs, "Buenos dias" était tout l'espagnol qu'on allait entendre pendant l'entrevue...



-Bonjour! -M. terrible s'adressait à nous-

-Bonjour monsieur. - on a répondu ensemble-



Après les presentations, et de s'assoir l'entrevue a commencé. Tout est allé diferenment à ce que nous avions toujours imaginé mais c'était une surprise agréable, j'avais déjà laissé de penser au conseiller comme M. Terrible, au contraire, le conseiller est la personne la plus gentil au monde, il se montrait compréhensive et et pacient. Il nous a parlé doucement, comme si nous étions enfants, mais une fois qu'il remarquait qu'on comprenait il a commencé à parler vite, très vite.



Ah nous les humains! On est extraordinaires! Après 40 minutes de conversation, nous étions tous les trois à l'aisse, comme si on se connaisait depuis longtemps. Je lui ai demandé:



- Qu'est-ce que vous dérange de l'Ambassade?

- Le bruit!!! Il y a des bâtiments en construction juste a côté... on peut rien entendre!!


bffff il avait raison. Nous n'avions pensé à ça. Toujours on pense le pire!



Plus ou moins comme ça a fini notre entrevue. Le conseiller nous a felicité, nous a dit qu'il ne nous oublirait jamais... et même nous a donné des câlins... On n'avait jamais imaginé que tout pourrait donner un résultat si magnifique!!!



Nous étions émous... au fil des larmes... Tous nos efforts, tous nos rêves se sont concretés... Une seule phrase le résumait:



"Vous avez très bien réussi, bravo! Soyez bienvenus à votre nouveau pays"



on est sortis avec l'impression de s'envoler... comme si nous avions des ailes... un nouveau chapitre de nos vies allait commencer ce 18 septembre 2007.



"On ne vous oublira jamais, nous non plus, M. Poisson"