lundi 20 septembre 2010

No estaba muerto, andaba de parranda

Aucune idée de la façon de récrire dans mon blog mais c'est parti. Une ligne est déjà quelque chose, non? J'ai toujours eu l'envie d'ecrire, j'avais même le titre prêt. C'est le nom d'une chanson folk colombienne, ça veut dire "je n'étais pas mort, je faisais la fête". Ok, le titre est genial oui, mais qu'est-ce que tu vas écrire exactement Bumanguesa?

Chemin d'une ferme, journee des portes ouvertes 2009

Je ne veux pas faire une promesse que je vais peut être pas tenir. Je ne sais vraiment pas à quel rythme je vais continuer d'écrire mais la seule chose que je sais, de la part de mon Barramejo et de la mienne, c'est qu'on a énormement d'intérêt à continuer de raconter notre histoire. Elle n'est pas extraordinaire mais on se sent obligés à l'ecrire à quelque part parce que ce qu'aujourd'hui nous est normal demain ne sera rien qu'une memoire, une nouvelle perdue dans un chapitre d'un livre aux feuilles jaunes.

Tentes, delices d'automne, 2009



Ce que je peux dire de moment pour tous ceux qui ont l'intérêt de s'établir dans un autre pays, qui viennent de quitter leur pays et en faisant une longue histoire courte, c'est que vos vies vont continuer de changer dramatiquement avec chanque acomplissement et bien sûr avec chaque défaite. Arriver à votre destination n'est pas la fin du livre, c'est le commencement! Et si vous pensiez que le travail le plus dur etait fait, vous êtes trompés! La partie la plus dificile est de faire ces terres votre chez vous. Cela c'est du travail! Obtenir vos visas mesdames et messieurs était un tout petit rien.


Nous sommes très très très contents. Nous travaillons tous le deux, nous avons démenagé avant que le bail de notre premier logement nous le permetait, nous avons eu la chance d'acueillir un ami chez nous, on s'est faits plein d'amis, nous avons voyagé, on nous a cassé le coeur, on a eu de belles surprises... c'est vrai qu'un an se passe vite, mais il nous laisse tellement d'experiences!



Et s'il y a quelque chose que je veux que vous aprenniez, s'il vous plaît, c'est à CROIRE, à avoir la CONFIANCE. Peu importe si vous decidez de rester dans votre pays d'origine ou le quitter, la force de la pensée positive, la foi, la loi de l'atraction, les forces karmiques, l'equilibre du yin et yang ou tout simplement la chance, appelez-le comme vous voulez, je vous dis que si vous êtes capable de songer, si vous songez comme il faut, vous le réaliserez. Nous en sommes la preuve.

Bien sûr, faut pas nier qui'il aura des journées moins ensoleillées que les autres mais en general, nous avons depasé nos expectatives.

Donc, on continuera à se lire! (peut-être). Ce dont je m'ennuyais le plus c'était de lire les autres blogs et ça me fait beaucoup de plaisir de les trouver encore là. J'éspère aussi être capable de continuer à raconter notre histoire et comme ça peut-être vous arriverez a déduire les raisons pour lesquelles on s'avait eloigné de notre blog.


Mais le titre c'est un bon indice, je me sens comme dans le lendemain d'une soiree de beaucoup trop danser, chanter, boire et rire quand le moment de s'expliquer arrive. De s'excuser. De se minimiser.

Mais que ça fait du bien de vivre sa vie avec la joie de la fête!
Coin de la rue forges - royale